OFFICE DES FUNERAILLES

panih

OFFICE DES FUNERAILLES

Pendant que l’on porte le corps du défunt dans l’église, le chœur chante : Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.

On place le cercueil au centre de l’église, et le prêtre, vêtu de la chasuble, s’y rend en sortant par les Portes  saintes, avec l’encensoir et la croix qu’il pose sur le cercueil. Le prêtre allume son cierge et donne le feu aux fidèles qui tiendront les cierges allumés jusqu’à la récitation du Notre Père.

Après avoir encensé le cercueil sur les quatre côtés:

Le diacre : Bénis, Père.

Le prêtre : Béni soit notre Dieu, en tout temps maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur: Amen!  Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel aie pitié de nous. (3 fois)

PSAUME 118

1re stance : Bienheureux ceux qui sont irréprochables dans la voie, qui  marchent dans la loi du Seigneur. Alleluia.

Bienheureux ceux qui scrutent ses témoignages, qui Le cherchent de tout cœur. Alleluia.

2e stance :  Tes mains m’ont créé et m’ont façonné, instruis-moi, et j’apprendrai tes commandements. Aie pitié de ton serviteur (ta servante).

Ceux qui Te craignent me verront et se réjouiront, car j’ai espéré en tes paroles. Aie pitié de ton serviteur (ta servante).

3e stance : Jette les yeux sur moi, et aie pitié de moi, selon ton décret envers ceux qui aiment ton Nom. Alleluia.

Dirige mes pas selon ta parole, et qu’aucune iniquité ne domine sur moi. Alleluia.

Tropaire ton 5:

Pendant le chant de ces tropaires, le prêtre, précédé du diacre, encense le cercueil, le sanctuaire, l’iconostase et les fidèles.

Refrain : Tu es béni Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

L’assemblée des saints a trouvé la source de la Vie et la porte du paradis, / puissé-je moi aussi trouver ce chemin par le repentir. / Je suis une brebis perdue, // rappelle-moi, ô Sauveur, et sauve-moi.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Saints martyrs, vous qui avez proclamé l’Agneau de Dieu et qui avez été immolés comme des agneaux, vous avez été transférés à la Vie sans déclin et sans fin ; priez-Le avec instance de nous accorder la remise de nos dettes.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Vous qui, dans cette vie, avez suivi la voie étroite et douloureuse, vous qui, comme un joug, avez pris votre croix et M’avez suivi avec foi, venez jouir des honneurs et des couronnes célestes que Je vous ai préparés.

Tu es béni Seigneur, enseigne moi tes jugements.

Je suis l’image de ta gloire ineffable, / bien que je porte les marques de mes péchés ; / sois compatissant, ô Maître, envers ta créature, / et par ta miséricorde purifie-la; / accorde moi la Patrie tant désirée // en me faisant à nouveau habitant du paradis.

Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Toi qui jadis m’as créé du néant et m’as honoré de ton image divine, Tu m’as ramené à la terre dont j’ai été pris quand j’ai transgressé ton commandement. Aussi rends-moi ta ressemblance, afin que je revête mon ancienne beauté.

Tu es béni Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

Seigneur, fais reposer en paix ton (ta) serviteur (servante) / et place-le (la) dans le paradis / là où les chœurs des saints et des justes / resplendissent comme les astres (le mot astre pose un problème d’euphonie : “des astres” est entendu comme “désastre”, cela provoque parfois des rires inopportuns). / Fais reposer en paix ton (ta) serviteur (servante) // en détournant les yeux de ses fautes.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

C’est le triple resplendissement de l’unique Divinité, / qu’en toute piété nous chantons en clamant : / Tu es Saint, Père sans commencement, Fils comme Lui sans commencement, et Esprit divin ; / illumine-nous qui T’adorons avec foi, // et arrache-nous au feu éternel.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Réjouis-toi, ô Très-pure, / toi qui as enfanté Dieu dans la chair pour le salut de tous, / toi par qui le genre humain a trouvé le salut, / puissions-nous par toi retrouver le paradis (c’est plus proche du texte, cela ne pose pas de problème de chant et cela permet de terminer par la louange à la Mère de Dieu), // ô Mère de Dieu toute pure et bénie.

Alléluia, alléluia, alléluia. Gloire à Toi, ô Dieu. (3 fois)

Le diacre : Encore et encore, en paix prions le Seigneur.

Le chœur : Kyrie eleison. (et de même après les deux demandes suivantes)

Le diacre : Nous prions encore pour le repos de l’âme du (de la) serviteur (servante) de Dieu défunt(e) N… afin que lui soit pardonnée toute faute volontaire et involontaire.

Afin que le Seigneur Dieu établisse son âme là où reposent les justes.

Demandons au Christ notre Dieu, Roi immortel, de lui accorder la miséricorde divine, le Royaume des cieux et la rémission des péchés.

Le chœur : Accorde-le, Seigneur.

Le diacre : Prions le Seigneur.

Le chœur: Kyrie eleison.

Le prêtre : Dieu des esprits et de toute chair, Toi qui as terrassé la mort, anéanti le Diable et donné la vie au monde qui est tien, Toi-même Seigneur, accorde le repos à l’âme de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N… dans un lieu de lumière, un lieu de verdure, un lieu de fraîcheur, où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement. Pardonne-lui tout péché commis en parole, en acte ou en pensée, Toi qui es un Dieu bon et ami des hommes, car il n’est point d’homme qui vive et ne pèche pas. Toi seul, Tu es étranger au péché, ta justice est justice pour les siècles et ta parole est vérité,

car Tu es la résurrection, la vie et le repos de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N., ô Christ notre Dieu, et nous Te rendons gloire, ainsi qu’à ton Père éternel et à ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur. Amen.

Tropaire-cathisme – ton 5:

Fais reposer ton serviteur (ta servante) avec les justes, ô notre Sauveur, / et introduis-le (la) dans tes demeures ainsi qu’il est écrit, / et dans ta bonté détourne les yeux de ses fautes volontaires et involontaires, // commises sciemment et par inadvertance, ô Ami des hommes.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Toi qui d’une vierge as resplendi pour le monde, ô Christ Dieu, / et qui par elle nous as montrés fils de la Lumière, // aie pitié de nous.

Le lecteur : Psaume 50 “Aie pitié de moi, ô Dieu …”

Le chœur : Chant du canon ton 6

Ode 1, Hirmos :

Lorsqu’à pied sec Israël eut traversé l’abîme / et vu le pharaon qui le poursuivait englouti dans les flots, // il s’écria : Chantons à Dieu un chant de victoire.

Verset : Accorde, Seigneur, le repos à l’âme de ton (ta) serviteur (servante).

Dans les demeures célestes, les vaillants martyrs Te prient sans cesse, ô Christ, d’accorder les biens éternels au fidèle serviteur que Tu as transféré de ce monde.

Toi qui rends belles toutes choses, Tu m’as créé, moi l’homme, au sein (lit. “au milieu de”) des espèces vivantes, à la fois faible et grand ; aussi, ô Sauveur, accorde le repos à l’âme de ton serviteur.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Au commencement Tu m’avais établi habitant et jardinier du paradis, mais parce que j’ai transgressé ta loi, Tu m’en as chassé ; aussi, ô Sauveur, accorde le repos à l’âme de ton serviteur.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Celui qui jadis, d’une côte d’Adam a façonné Ève, notre première mère, s’est revêtu de la chair, sortant de ton sein immaculé, ô Toute-pure, et par cette même chair, Il a détruit la puissance de la mort.

Ode 3, Hirmos :

Il n’est de saint que Toi, Seigneur, mon Dieu, / Toi qui as exalté la force de tes fidèles, ô Très-bon, // et qui nous as affermis sur le roc de la confession de ton Nom.

Ô Donateur de vie, tes martyrs ont mené le bon combat et, ornés de la couronne des vainqueurs ils apportent avec ardeur le salut éternel à celui qui dans la foi a été transféré.

Tu m’as instruit jadis par de nombreux miracles et de nombreux signes, moi qui m’étai  égaré ; puis dans les temps derniers Tu t’es abaissé jusqu’à souffrir avec moi, et m’ayant cherché, Tu m’as trouvé et Tu m’as sauvé.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Celui qui fuit devant l’insoutenable corruption et se présente devant Toi, rends-le digne, ô Très-bon, d’habiter dans la joie les demeures éternelles, l’ayant justifié par la foi et la grâce.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Il n’est d’immaculée que toi, ô très pure Mère de Dieu, car seule dans tous les siècles, tu as conçu dans ton sein le vrai Dieu, Celui qui a détruit la puissance de la mort.

Tropaire-cathisme – ton 6

En vérité tout est vanité, / la vie n’est qu’ombre et songe, / car c’est en vain que s’agite tout être terrestre, / ainsi que le disent les Écritures ; / alors même que nous aurions acquis le monde entier, nous irons demeurer dans la tombe, / là où se trouvent ensemble rois et pauvres ; / aussi, ô Christ Dieu, accorde le repos à ton serviteur défunt, // car Tu es l’Ami des hommes.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen. – Théotokion

Toute sainte Mère de Dieu, / ne m’abandonne pas tout au long de ma vie, / ne me confie pas à une protection humaine, // mais secours-moi toi-même et aie pitié de moi.

Ode 4, Hirmos :

“Le Christ est ma force, mon Dieu, mon Seigneur”, / ainsi chante, comme il sied à Dieu, la sainte Église, // appelant à célébrer le Seigneur avec des pensées pures.

Révélant, ô Maître, la plénitude de ta sagesse et la perfection de la bonté de tes dons, Tu as uni les chœurs des martyrs à ceux des anges.

Ô Christ, rends digne celui qui a été transféré vers Toi de participer à ta gloire indicible, là où se trouve la demeure de ceux qui sont dans l’allégresse et où retentit le son de la pure joie.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Reçois celui que Tu as ôté de la terre et qui chante ta divine puissance ; fais de lui un enfant de la Lumière, le purifiant des ténèbres du péché, ô Très-miséricordieux.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Demeure très pure, Temple immaculé, Arche sainte, Sanctuaire virginal, c’est toi, Beauté de Jacob, que le Maître a choisie.

Ode 5, Hirmos:

Je T’implore, ô Très-bon, / éclaire de ta divine lumière les âmes de ceux qui veillent avec amour, / afin qu’ils Te connaissent, ô Verbe de Dieu, // comme le vrai Dieu qui les rappelle des ténèbres du péché.

Les martyrs qui se sont offerts au Dieu de gloire comme un holocauste sanctifié et comme prémices de la nature humaine, intercèdent toujours pour notre salut.

Seigneur, rends digne du séjour céleste et du partage de tes dons ton fidèle serviteur qui s’est endormi, et accorde-lui la rémission de ses péchés.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Toi qui par nature es l’unique Créateur de vie et, en vérité, un insondable océan de bonté, Toi le seul Compatissant et Immortel, rends digne celui qui est décédé, de ton Royaume céleste.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

De toi, ô Souveraine, est né pour le monde la Force et la Louange ; Il a été le salut pour ceux qui étaient perdus, et Il délivre des portes des enfers ceux qui dans la foi te disent bienheureuse.

Ode 6, Hirmos:

Voyant l’océan de l’existence / agité par la tempête des tentations / je me hâte vers ton havre paisible et je Te crie : / arrache ma vie à la corruption, // ô Très-miséricordieux.

Toi qui as été cloué sur la Croix, Tu as rassemblé, ô Très-bon, les chœurs des martyrs qui ont imité ta passion ; aussi Te prions-nous : accorde le repos à celui qui est transféré maintenant devant Toi.

Lorsque Tu viendras sur les nuées (“nuées” se rapporte à Dieu et non pas à l’homme, il y a une erreur de virgule dans le texte slavon de l’édition bilingue de Liturgica – vérifié dans l’Octoèque et deux autres éditions slavonnes des funérailles) dans ton ineffable gloire juger le monde entier, daigne accorder à ton fidèle serviteur que Tu as ôté de la terre, d’aller à ta rencontre, ô Libérateur, dans l’éternelle splendeur.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Toi qui es la Source de la vie, ô Maître, et qui dans ta puissance divine as fait sortir les captifs des enfers, introduis ton fidèle serviteur qui nous a quittés, dans les délices du paradis.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Pour avoir transgressé le commandement de Dieu, je suis retourné dans la terre ; mais par toi, ô Vierge, délivré de la corruption de la mort, j’ai été élevé de la terre au ciel.

Le diacre : Encore et encore, en paix prions le Seigneur.

Le chœur: Kyrie eleison. (et de même après les deux demandes suivantes)

Le diacre : Nous prions encore pour le repos de l’âme du (de la) serviteur (servante) de Dieu défunt(e) N… afin que lui soit pardonnée toute faute volontaire et involontaire.

Afin que le Seigneur Dieu établisse son âme là où reposent les justes.

Demandons au Christ notre Dieu, Roi immortel, de lui accorder la miséricorde divine, le Royaume des cieux et la rémission des péchés.

Le chœur : Accorde-le, Seigneur.

Le diacre : Prions le Seigneur.

Le chœur: Kyrie eleison.

Le prêtre : Dieu des esprits et de toute chair, Toi qui as terrassé la mort, anéanti le Diable et donné la vie au monde qui est tien, Toi-même Seigneur, accorde le repos à l’âme de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N… dans un lieu de lumière, un lieu de verdure, un lieu de fraîcheur, où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement. Pardonne-lui tout péché commis en parole, en acte ou en pensée, Toi qui es un Dieu bon et ami des hommes, car il n’est point d’homme qui vive et ne pèche pas. Toi seul, Tu es étranger au péché, ta justice est justice pour les siècles et ta parole est vérité,

car Tu es la résurrection, la vie et le repos de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N., ô Christ notre Dieu, et nous Te rendons gloire, ainsi qu’à ton Père éternel et à ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur :  Amen.

Pendant le chant du kondakion et de l’ikos le diacre encense le cercueil, l’iconostase, le clergé et le peuple.

Kondakion – ton 8:

Fais reposer avec les saints, / ô Christ, l’âme de ton (ta) serviteur (servante), / là où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement, // mais la vie éternelle.

Ikos (l’ikos est également chanté)

Toi seul es immortel, / Toi qui as créé et façonné l’homme ; / terrestres, nous avons été formés de la terre, / et à cette même terre nous retournerons / ainsi que Tu l’as ordonné, / Toi qui m’as créé et qui m’as dit : / tu es poussière et à la poussière tu retourneras, / là où nous, hommes, nous irons tous, / chantant comme lamentation funèbre : // Alléluia, alléluia, alléluia.

Ode 7, Hirmos:

L’ange fit de la fournaise une source de rosée pour les saints adolescents, / mais sur l’ordre de Dieu le feu consuma les Chaldéens / et poussa le tyran à clamer : // Dieu de nos pères, Tu es béni.

Rachetés de la première transgression par ton sang et lavés dans leur propre sang, les martyrs ont manifestement figuré ton sacrifice : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Ô Verbe, Source de vie, Tu as terrassé la mort féroce. Reçois maintenant, ô Christ, celui qui s’est endormi dans la foi, qui Te chante et Te clame : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Ô Maître tout-puissant, Toi qui as animé l’homme de ton souffle divin, rends digne de ton Royaume celui qui a été transféré vers Toi, Sauveur, afin qu’il Te chante : Dieu de nos pères, Tu es béni.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Ô Toute-immaculée, toi qui surpasses toute la création, Tu as conçu le Dieu qui a brisé les portes de la mort et rompu ses verrous ; aussi, fidèles, nous proclamons, ô Toute-pure, que Tu es la Mère de Dieu.

Ode 8, Hirmos:

De la flamme Tu fis jaillir la rosée pour les saints adolescents, / et par l’eau Tu as consumé le sacrifice du juste Élie ; / car Tu accomplis tout, ô Christ, par ta seule volonté. // Nous T’exaltons dans tous les siècles.

Ayant accompli de grands exploits, ô valeureux martyrs du Christ, vous avez été ornés de la couronne des vainqueurs, et vous clamez : Ô Christ, nous T’exaltons dans tous les siècles.

Accueille, ô Maître, les fidèles qui pieusement ont quitté cette vie et qui sont venus auprès de Toi, et dans ta compassion accorde-leur un doux repos, à eux qui T’exaltent dans tous les siècles.

Bénissons le Seigneur, Père, Fils et Saint-Esprit.

Daigne maintenant, ô Sauveur, faire habiter dans la terre des doux ceux qui sont décédés et justifie-les par leur foi en Toi et ta grâce, eux qui T’exaltent dans tous les siècles.

Maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Ô Toute-bienheureuse, tous, nous te disons bienheureuse, Toi qui as enfanté le Verbe en vérité bienheureux, qui s’est fait chair pour nous ; c’est Lui que nous exaltons dans tous les siècles.

Ode 9, Hirmos:

Il n’est pas possible aux hommes de voir Dieu, / que les chœurs des anges n’osent contempler ; / mais par toi, ô Toute-pure, le Verbe incarné est apparu aux hommes ; // nous Le magnifions et, avec les puissances célestes, te proclamons bienheureuse.

L’espérance a fortifié les martyrs et les a portés vers un amour ardent de Toi, en leur montrant à l’avance l’image d’un repos durable et sûr. Ô Toi qui es bon, rends dignes de ce repos le serviteur fidèle qui est transféré vers Toi.

Accorde, ô Christ, ta splendeur lumineuse et divine à celui qui dans la foi est transféré vers Toi ; donne-lui le repos dans le sein d’Abraham, car seul Tu es miséricordieux, et rends-le digne de la béatitude éternelle.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Ô Sauveur, Toi qui par nature es bon et bienveillant, qui abondes en miséricorde et dont la compassion n’as pas de limite, place celui que Tu as transféré de ce lieu d’iniquité et d’ombre de la mort là où brille ta lumière.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Nous reconnaissons que tu es, ô Toute-pure, le tabernacle sanctifié, l’Arche sainte, la Table de la Loi et de la Grâce ; c’est par toi que le pardon a été donné à ceux qui ont été justifiés par le sang de Celui qui s’est incarné de ton sein, ô Toute-immaculée.

Le Diacre : Encore et encore, en paix prions le Seigneur.

Le chœur : Kyrie eleison. (et de même après les deux demandes suivantes)

Le diacre : Nous prions encore pour le repos de l’âme du (de la) serviteur (servante) de Dieu défunt(e) N… afin que lui soit pardonnée toute faute volontaire et involontaire.

Afin que le Seigneur Dieu établisse son âme là où reposent les justes.

Demandons au Christ notre Dieu, Roi immortel, de lui accorder la miséricorde divine, le Royaume des cieux et la rémission des péchés.

Le chœur : Accorde-le, Seigneur.

Le diacre : Prions le Seigneur.

Le chœur : Kyrie eleison.

Le prêtre : Dieu des esprits et de toute chair, Toi qui as terrassé la mort, anéanti le Diable et donné la vie au monde qui est tien, Toi-même Seigneur, accorde le repos à l’âme de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N… dans un lieu de lumière, un lieu de verdure, un lieu de fraîcheur, où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement. Pardonne-lui tout péché commis en parole, en acte ou en pensée, Toi qui es un Dieu bon et ami des hommes, car il n’est point d’homme qui vive et ne pèche pas. Toi seul, Tu es étranger au péché, ta justice est justice pour les siècles et ta parole est vérité,

car Tu es la résurrection, la vie et le repos de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N., ô Christ notre Dieu, et nous Te rendons gloire, ainsi qu’à ton Père éternel et à ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur : Amen.

Idiomèles du moine Jean)

Ton 1. Il n’est pas de bien-être dans la vie sans tristesse ; / il n’est pas de gloire sur terre qui ne passe ; / tout est plus éphémère que l’ombre, / tout est plus illusoire que les songes. / Un seul instant, et la mort emporte tout. / Mais accorde, ô Christ, à celui (celle) que Tu as choisi(e) / le repos dans la lumière de ta Face et la jouissance de ta beauté, // car Tu es l’Ami des hommes.

Ton 2. Hélas, quel combat lorsque l’âme se sépare du corps ! / Hélas, combien pleure-t-elle alors / et il n’est personne pour avoir pitié d’elle ! / Elle lève les yeux vers les anges et les supplie en vain ; / elle tend les mains vers les hommes, mais personne ne vient à son secours. / Aussi, mes frères bien-aimés, pensant à la brièveté de notre vie, / implorons le Christ pour qu’Il accorde le repos à celui (celle) qui est décédé(e) // et à nos âmes, la grande miséricorde.

Ton 3. Tout ce qui est humain est vanité, / il n’en reste rien après la mort : / la richesse passe, la gloire n’est plus ; / la mort étant venue, tout cela disparaît. / Aussi clamons au Christ immortel : / Fais reposer celui (celle) qui nous a quitté(e)s, // dans la demeure de ceux qui sont dans la joie.

Ton 4. Où sont donc les passions de ce monde, / les illusions passagères, / l’or, l’argent, la multitude des serviteurs, l’agitation ? / Tout est poussière, cendre et apparence. / Mais venez, clamons au Roi immortel : / Seigneur, rends digne de tes biens éternels / celui (celle) qui nous a quittés // et accorde-lui le repos dans ta béatitude sans déclin.

Ton 5. Je me suis souvenu du prophète qui a dit :/ “Je suis poussière et cendre” / et regardant encore dans les tombeaux, / j’ai vu des ossements décharnés et j’ai dit : / “Qui donc est roi, qui est soldat, / qui est riche, qui est pauvre, / qui est juste et qui est pécheur ?” // Mais Toi, Seigneur, fais reposer avec les justes ton serviteur (ta servante).

Ton 6. Par ton ordre créateur Tu m’as donné un commencement et une existence, / car Tu as voulu constituer ma vie à partir de la nature visible et de la nature invisible ; / Tu as façonné mon corps avec de la terre / et, par ton souffle divin et vivifiant / Tu m’as donné une âme. / Aussi, fais reposer, ô Christ, ton serviteur (ta servante) // dans la terre des vivants et la demeure des justes.

Ton 7. Au commencement Tu as créé l’homme à ton image et à ta ressemblance / et Tu l’as placé dans le paradis pour dominer tes créatures ; / mais, séduit par le diable envieux, / il a transgressé tes commandements en mangeant le fruit ; / aussi l’as-Tu condamné, Seigneur, à retourner à la terre dont il a été pris // et à implorer le repos.

Ton 8. Je pleure et je me lamente lorsque je pense à la mort / et que je vois, couchée dans la tombe, notre beauté, / créée à l’image de Dieu, / qui n’a plus de forme, ni de gloire, ni d’apparence. / Ô merveille ! Quel est ce mystère de notre destinée ? / Comment sommes-nous livrés à la corruption ? / Comment avons-nous été liés à la mort ? / C’est en vérité, comme il est écrit, par un ordre de Dieu, // Lui qui accorde le repos à celui (celle) qui est décédé(e).

BEATITUDES – ton 6

– Souviens-Toi de nous, Seigneur, quand Tu viendras dans Ton Royaume.

– Bienheureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux.

– Bienheureux les affligés, car ils seront consolés.

– Bienheureux les doux, car ils hériteront la terre.

– Bienheureux les affamés et assoiffés de justice, car ils seront rassasiés.

– Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Du larron qui sur la croix Te clamait dans son repentir : “ Souviens-Toi de moi”, Tu fis, ô Christ, un habitant du paradis ; daigne m’en rendre digne aussi, moi l’indigne.

– Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Toi qui règnes sur la vie et la mort, fais reposer dans les demeures des saints celui (celle) que Tu as ôté de cette vie éphémère, et souviens-Toi de moi quand Tu viendras dans ton Royaume.

– Bienheureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Toi qui es le Maître des âmes et des corps et qui tiens dans ta main notre souffle, Toi la consolation des affligés, fais reposer dans le séjour des justes ton serviteur (ta servante) que Tu as transféré(e) vers Toi.

– Bienheureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux.

Le Christ te fera reposer dans la terre des vivants, Il t’ouvrira les portes du paradis faisant de toi un habitant de son Royaume ; et Il t’accordera la rémission des péchés commis durant cette vie, ô ami(e) du Christ.

– Bienheureux serez-vous lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de Moi.

Sortons, regardons dans les tombeaux et voyons combien les ossements des hommes sont décharnés, pâture des vers et odeur fétide ; et apprenons ce que sont les richesses, les honneurs, la force et la beauté.

– Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse car votre récompense sera grande dans les cieux.

Écoutons ce  que  dit  le Tout-puissant : malheur à ceux qui désirent  voir le jour terrible du Seigneur, car Il est ténèbres, et tous sont éprouvés par le feu.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

J’adore le Père qui a engendré, je glorifie le Fils engendré et sans commencement, et je chante le Saint-Esprit qui, Lui aussi sans commencement, procède du Père et qui brille du même éclat que le Père et le Fils.

Et Maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Comment de ton sein le lait coule-t-il en abondance, ô Vierge ? Comment nourris-Tu Celui qui nourrit la création ? Il le sait Celui qui fit jaillir l’eau du rocher et couler des sources d’eau pour le peuple assoiffé, ainsi qu’il est écrit.

Le diacre : Soyons attentifs.

Le prêtre : Paix à tous.

Le lecteur: Et à ton esprit.

Le diacre : Sagesse.

Le lecteur : Prokimenon, ton 6 :

Bienheureuse est la voie où tu marches aujourd’hui, ô âme, / car un lieu de repos t’a été préparé. (prokimenon repris par le chœur).

v. Retourne, ô mon âme, dans ton repos, car le Seigneur t’a comblée de bienfaits. (Ps 114,7)

Le diacre : Sagesse.

Le lecteur : Lecture de l’Épître du saint Apôtre Paul aux Thessaloniciens (I Th 4: 13-17).

Le diacre : Soyons attentifs.

Le lecteur : Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui sont morts, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus est mort et qu’Il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec Lui ceux qui sont morts. Voici en effet ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur Lui-même, à un signal donné, à la voix de l’archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront les premiers. Ensuite, nous les vivants qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.

Le prêtre : Paix à toi qui as lu .

Le chœur : Alleluia. (ton 6)

Le lecteur : Bienheureux, Seigneur, celui que Tu as élu et accueilli. (Ps 64,5a)

Le diacre  : Sagesse. Debout. Écoutons le Saint Évangile.

Le prêtre  : Paix à tous.

Le chœur : Et à ton esprit.

Le prêtre  : Lecture du Saint Évangile selon saint Jean (Jn. 5: 24-30)

Le chœur: Gloire à Toi, Seigneur, gloire à Toi.

Le diacre  : Soyons attentifs.

Le prêtre : Le Seigneur dit aux juifs qui étaient venus vers Lui : en vérité, en vérité, Je vous le dit, celui qui écoute ma parole et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la vie éternelle, et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.  En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu: et ceux qui L’auront entendue vivront  Car, comme le Père a la Vie en Lui-même, ainsi Il a donné au Fils d’avoir la vie en Lui-même, et Il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’Il est Fils de l’Homme. Ne vous étonnez pas de cela : car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront la voix du Fils de Dieu. Et ceux qui auront fait le bien sortiront pour une résurrection de vie, mais ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de Jugement. Je ne puis rien faire de moi-même. Selon ce que J’entends, Je juge, et mon jugement est juste car Je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté du Père qui M’a envoyé.

Le chœur : Gloire à Toi, Seigneur, gloire à Toi.

Le lecteur : Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.   (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous ; Seigneur, purifie-nous de nos péchés ; Maître, pardonne-nous nos iniquités ; Saint, visite-nous et guéris nos infirmités, à cause de ton Nom.

Kyrie eleison. (3 fois)

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta  volonté soit faite sur la terre comme au ciel ; donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ; et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal.

Le prêtre : Car à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur :  Amen.

 

Tropaires, ton 4 :

Avec les âmes des justes accomplis dans la foi, / fais reposer, Sauveur l’âme de ton (ta) serviteur (servante) // et garde-la pour la vie bienheureuse que l’on trouve auprès de Toi, ô Ami des hommes.

Fais reposer l’âme de ton (ta) serviteur (servante) / dans le lieu de repos dont Tu es le maître, Seigneur, // et où reposent tous les saints, car seul Tu es l’Ami des hommes.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Tu es le Dieu qui descendit aux enfers et brisa les liens de ceux qui y étaient enchaînés, // fais reposer en paix, Seigneur, l’âme de ton (ta) serviteur (servante).

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Ô Vierge, seule pure et immaculée, qui sans semence enfantas Dieu, // prie-Le afin que son âme soit sauvée.

Le diacre : Aie pitié de nous, ô Dieu, dans ta grande miséricorde, nous Te prions, écoute nous et aie pitié de nous.

Le chœur : Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison. (et de même après les deux demandes suivantes)

Le diacre : Nous prions encore pour le repos de l’âme du (de la) serviteur (servante) de Dieu défunt(e) N… afin que lui soit pardonnée toute faute volontaire et involontaire.

Afin que le Seigneur Dieu établisse son âme là où reposent les justes.

Demandons au Christ notre Dieu, Roi immortel, de lui accorder la miséricorde divine, le Royaume des cieux et la rémission des péchés.

Le chœur : Accorde-le, Seigneur.

Le diacre : Prions le Seigneur !

Le chœur : Kyrie eleison.

Le prêtre : Dieu des esprits et de toute chair, Toi qui as terrassé la mort, anéanti le Diable et donné la vie au monde qui est tien, Toi-même Seigneur, accorde le repos à l’âme de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N… dans un lieu de lumière, un lieu de verdure, un lieu de fraîcheur, où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement. Pardonne-lui tout péché commis en parole, en acte ou en pensée, Toi qui es un Dieu bon et ami des hommes, car il n’est point d’homme qui vive et ne pèche pas. Toi seul, Tu es étranger au péché, ta justice est justice pour les siècles et ta parole est vérité,

car Tu es la résurrection, la vie et le repos de ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N., ô Christ notre Dieu, et nous Te rendons gloire, ainsi qu’à ton Père éternel et à ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles.

Le chœur: Amen.

Le diacre: Sagesse.

Le prêtre : Très sainte Mère de Dieu, sauve nous.

Le chœur : Toi plus vénérable que les chérubins et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe, toi véritablement Mère de Dieu, nous te magnifions.

Le prêtre : Gloire à Toi, ô Christ Dieu, notre espérance, gloire à Toi.

Le prêtre se rend sur l’ambon pour donner le congé.

Le chœur : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen. Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison. Donne la bénédiction.

Le prêtre : Que Celui qui est ressuscité d’entre les morts, le Christ, notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute pure, des saints, glorieux et illustres apôtres, de nos pères saints et théophores et de tous les saints, accueille dans la demeure des justes l’âme de son (sa) serviteur (servante) défunt(e) N., qu’Il la (toujours au féminin car il s’agit de l’âme), fasse reposer dans le sein d’Abraham, la compte au nombre des justes, et qu’Il ait pitié de nous, car Il est bon et ami des hommes.

Le chœur: Amen.

Le Diacre : En la bienheureuse dormition, accorde, Seigneur, le repos éternel à ton (ta) serviteur (servante) défunt(e) N., et accorde-lui une mémoire éternelle.

Le chœur : Mémoire éternelle, mémoire éternelle, mémoire éternelle.

Et il est d’usage d’ajouter ces versets psalmiques :

Son âme habitera en des lieux de bonheur (Ps 24,13a), et son souvenir d’âge en âge. (Cf. Ps 101,13b)

Pendant ce chant le prêtre encense le cercueil et le bénit 3 fois en proclamant :

Que ta mémoire soit éternelle, ô notre frère (notre sœur) et que tu sois rendu digne de la félicité.

Les personnes qui assistent aux funérailles s’approchent du cercueil et baisent la croix ou l’icône qui est posée dessus, tandis que le chœur chante les stichères suivantes :

Ton 2

Approchez mes frères, rendons grâce à Dieu / et donnons le dernier baiser à celui (celle) qui n’est plus. / Car il (elle) a quitté tous ses parents et se hâte vers la tombe / sans soucis des vanités de ce monde et des passions de la chair. / Où êtes-vous maintenant parents et amis ? / Voici que nous nous séparons. // Prions le Seigneur pour qu’Il lui accorde le repos.

Ton 2

Nous te prions, ô Mère de Dieu, toi qui es la mère du Soleil sans déclin, / sauve ceux qui espèrent en toi / et par tes prières, ô Toute-immaculée, supplie le Dieu très bon / d’accorder le repos à celui (celle) qui est nouvellement décédé(e), / là où reposent les âmes des justes, / et faire de lui (d’elle) l’héritier des bienfaits divins // dans le séjour des justes et la mémoire éternelle..

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Ton 6

Me voyant couché devant vous, sans souffle ni voix, / vous me pleurerez, frères et amis, parents et proches. / Hier encore je parlais avec vous / et, soudainement, arriva pour moi l’heure redoutable de la mort. / Mais venez, vous tous qui m’aimez, me donner le dernier baiser, / car jamais plus je ne m’entretiendrai avec vous. / Je m’en vais auprès du Juge équitable / qui honore également le serviteur et le maître, / le roi et le soldat, le riche et le pauvre ; / chacun d’eux sera glorifié ou condamné selon ses œuvres. / Je vous prie donc, intercédez sans cesse pour moi auprès du Christ Dieu / afin que je ne sois pas précipité(e) dans le lieu de souffrances à cause de mes péchés, // mais qu’Il me fasse entrer dans la lumière vivifiante.

Et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.

Ton 6

Par l’intercession de celle qui T’a enfanté, ô Christ, / de ton Précurseur, des apôtres, des prophètes, des hiérarques, / des saints moines, des justes et de tous les saints, // accorde le repos à ton serviteur (ta servante) qui s’est endormi(e).

Pendant que le corps est transporté au cimetière, le chœur chante le Trisagion. Au moment où le corps va être déposé dans la tombe, le lecteur lit les prières initiales. Puis le chœur chante :

Le chœur : Avec les âmes des justes qui sont morts …

Le diacre : Aie pitié de nous …

Le chœur : Mémoire éternelle…

Puis le prêtre prend de la terre et la jette sur le cercueil en formant une croix et en disant :

Au Seigneur est la terre et tout ce qu’elle renferme, le monde entier et tous ceux qui l’habitent. (Ps 23,1)

Terminé le 17 février 2000, mise à jour 7.2003 – NK & EK

Psaume 118 relu

1.Bienheureux ceux qui sont irréprochables dans la voie, qui marchent dans la loi du Seigneur.

2 Bienheureux ceux qui scrutent ses témoignages, qui Le cherchent de tout cœur.

3.Car ce ne sont pas ceux qui commettent l’iniquité qui marchent dans ses voies.

4.Tu as prescrit tes commandements pour qu’ils soient gardés fermement.

5.Puissent mes voies être bien dirigées, pour que je garde tes jugements.

6.Alors je ne serai pas confondu, gardant les yeux sur tous tes commandements.

7.Je Te confesserai dans la droiture de mon cœur, instruit des décrets de ta justice.

8.Tes jugements, je les garderai, ne m’abandonne pas complètement.

9.Comment le jeune homme dirigera-t-il sa voie ? C’est en gardant tes paroles.

10.De tout mon cœur je T’ai cherché, ne m’écarte pas de tes commandements.

11.Dans mon cœur j’ai caché tes paroles pour ne pas pécher contre Toi.

12.Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

13.De mes lèvres j’ai annoncé tous les décrets de ta bouche.

14.Dans la voie de tes témoignages, je me suis complu autant qu’en toute richesse.

15.Sur tes commandements je réfléchirai, et je comprendrai tes voies.

16.Sur tes jugements je méditerai, je n’oublierai pas tes paroles.

17.Rétribue ton serviteur, que je vive et garde tes paroles.

18.Rends la vue à mes yeux, et je comprendrai les merveilles de ta loi.

19.Je suis étranger sur la terre, ne me cache pas tes commandements.

20.Mon âme a désiré ardemment s’attacher à tes décrets en tout temps.

21.Tu as corrigé les orgueilleux, maudits soient ceux qui s’écartent de tes commandements.

22.Écarte de moi l’opprobre et le mépris, car j’ai recherché tes témoignages.

23.Car les princes ont siégé et parlé contre moi, mais ton serviteur réfléchissait sur tes jugements.

24.Car tes témoignages sont ma méditation, et tes jugements sont mon conseil.

25.Mon âme est collée à la terre, fais-moi vivre selon ta parole.

26.J’ai fait connaître mes voies, et Tu m’as entendu ; enseigne-moi tes jugements.

27.Fais-moi comprendre la voie de tes jugements, et je réfléchirai sur tes merveilles.

28.Mon âme s’est assoupie, en proie à l’abattement, fortifie-moi par tes paroles.

29.Éloigne de moi la voie de l’injustice, et, par ta loi, aie pitié de moi.

30.J’ai choisi la voie de la vérité, et je n’ai pas oublié tes décrets.

31.J’ai adhéré à tes témoignages, Seigneur, fais que je ne sois pas couvert de honte.

32.J’ai couru dans la voie de tes commandements, lorsque Tu as dilaté mon cœur.

33.Fixe-moi comme loi, Seigneur, la voie de tes jugements, et toujours je la rechercherai.

34.Instruis-moi et je scruterai ta loi, et je la garderai de tout mon cœur.

35.Conduis-moi sur le chemin de tes commandements, car je l’ai désiré.

36.Incline mon cœur vers tes témoignages, et non vers la convoitise.

37.Détourne mes yeux, pour qu’ils ne voient pas ce qui est vain ; fais-moi vivre en ta voie.

38.Confirme ta parole à ton serviteur, afin qu’il Te craigne.

39.Écarte de moi l’opprobre, que je redoute, car tes décrets sont bons.

40.Voici que j’ai désiré tes commandements ; fais-moi vivre en ta justice.

41.Que ta miséricorde vienne sur moi, Seigneur, et ton salut, selon ta parole,

42.alors je répondrai à ceux qui me couvrent d’opprobre, car j’ai espéré en tes paroles.

43.N’écarte pas entièrement de ma bouche la parole de vérité, car en tes décrets j’ai mis mon espérance.

44.Et je garderai toujours ta loi, éternellement et pourles siècles des siècles.

45.J’ai marché au large, car j’ai recherché tes commandements.

46.Et je parlais de tes témoignages devant les rois, et je n’éprouvais pas de honte.

47.Je méditais tes commandements que j’ai grandement aimés.

48.Et je levais mes mains vers tes commandements que j’ai aimés, et je réfléchissais sur tes jugements.

49.Souviens-Toi de tes paroles à ton serviteur ; par elles Tu m’as donné l’espérance.

50.Cela m’a consolé dans mon humiliation ; car ta parole m’a fait vivre.

51.Les orgueilleux ont entièrement transgressé ta loi, mais je n’ai pas dévié de ta loi.

52.Je me suis souvenu, Seigneur, de tes décrets éternels, et j’ai été consolé.

53.Le découragement m’a saisi à cause des pécheurs qui délaissent ta loi.

54.Tes jugements étaient pour moi des cantiques dans le lieu de mon exil.

55.Dans la nuit, je me suis souvenu de ton Nom, Seigneur, et j’ai gardé ta loi.

56.Ceci m’est advenu, parce que j’ai recherché tes jugements.

57.Tu es ma part, Seigneur ; j’ai dit que je garderai ta loi.

58.J’ai imploré ta Face de tout mon cœur ; aie pitié de moi selon ta parole.

59.J’ai réfléchi à tes voies, et j’ai tourné à nouveau mes pas vers tes témoignages.

60.Je me suis préparé sans aucun trouble à garder tes commandements.

61.Les rets des pécheurs m’ont enlacé, mais je n’ai pas oublié ta loi.

62.À la minuit je me levais pour Te confesser à propos des décrets de ta justice.

63.Je fais partie de tous ceux qui Te craignent et qui gardent tes commandements.

64.De ta miséricorde, Seigneur, la terre est pleine ; enseigne-moi tes jugements.

65.Tu as agi avec bonté envers ton serviteur, Seigneur, selon ta parole.

66.Enseigne-moi la bonté, la sagesse et la connaissance, car j’ai eu foi dans tes commandements.

67.Avant d’être humilié, j’ai péché, aussi ai-je gardé ta parole.

68.Tu es bon, Seigneur, en ta bonté enseigne-moi tes jugements.

69.L’injustice des orgueilleux s’est multipliée contre moi, mais moi, de tout mon cœur je scruterai tes commandements.

70. Leur cœur s’est caillé comme le lait ; mais moi, j’ai médité ta loi.

71.C’est un bien pour moi que Tu m’aies humilié, pour que j’apprenne tes jugements.

72.Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche, que des monceaux d’or et d’argent.

Gloire … et maintenant … Alleluia …

73.Tes mains m’ont créé et m’ont façonné ; instruis-moi, et j’apprendrai tes commandements.

74.Ceux qui Te craignent me verront et se réjouiront, car j’ai espéré en tes paroles.

75.J’ai compris, Seigneur, que tes décrets sont justes, et qu’en vérité Tu m’as humilié.

76.Que ta miséricorde soit ma consolation, selon ta parole à ton serviteur.

77.Que vienne sur moi ta compassion, et je vivrai, car ta loi est ma méditation.

78.Que soient confondus les orgueilleux, car ils m’ont traité injustement ; mais moi, je réfléchirai sur tes commandements.

79.Qu’ils se tournent vers moi, ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent tes témoignages.

80.Que mon cœur soit irréprochable dans tes jugements, afin que je ne sois pas confondu.

81.Mon âme défaille pour ton salut, et j’ai espéré en tes paroles.

82.Mes yeux ont défailli pour ta parole, disant : Quand me consoleras-Tu ?

83.Car je suis devenu comme une outre exposée au gel ; je n’ai pas oublié tes jugements.

84.Combien reste-t-il de jours à ton serviteur ? Quand me feras-Tu justice contre ceux qui me persécutent ?

85.Ceux qui transgressent ta loi m’ont entretenu de vains propos ; mais cela ne vaut pas ta loi, Seigneur.

86.Tous tes commandements sont vérité ; on m’a persécuté injustement, secours-moi.

87.Il s’en est fallu de peu qu’ils ne m’achèvent sur la terre ; mais je n’ai pas abandonné tes commandements.

88.Fais-moi vivre, selon ta miséricorde, et je garderai les témoignages de ta bouche.

89.Pour les siècles, Seigneur, ta parole demeure dans le ciel.

90.Ta vérité reste d’âge en âge ; Tu as fondé la terre et elle demeure.

91.C’est par ton ordre que le jour demeure, car toutes choses sont tes servantes.

92.Si ta loi n’était ma méditation, alors j’aurais péri dans mon humiliation.

93.Pour les siècles je n’oublierai pas tes jugements, car c’est par eux que Tu m’as fait vivre.

(Milieu du psaume)

94.Je suis tien, sauve-moi ; car j’ai recherché tes jugements.

95.Les pécheurs m’ont guetté pour me perdre ; mais j’ai compris tes témoignages.

96.J’ai vu les limites de tout accomplissement ; très vaste est ton commandement.

97.Comme j’ai aimé ta loi, Seigneur, tout le jour elle est ma méditation.

98.Tu m’as rendu plus sage que mes ennemis par ton commandement, car il est mien pour les siècles.

99.J’ai eu plus d’intelligence que ceux qui m’enseignent, car tes témoignages sont ma méditation.

100. J’ai eu plus d’intelligence que les anciens, parce que j’ai cherché tes commandements.

101. De toute voie mauvaise j’ai détourné mes pas, afin de garder tes paroles.

102. Je ne me suis pas écarté de tes décrets, car Tu m’as fixé une loi.

103. Que tes paroles sont douces à prononcer, plus que le miel à ma bouche.

104. Grâce à tes commandements, j’ai eu l’intelligence, c’est pourquoi j’ai détesté toute voie d’injustice.

105. Ta loi est un flambeau pour mes pas, et une lumière sur mes chemins.

106. J’ai juré et résolu de garder les décrets de ta justice.

107. J’ai été complètement humilié, Seigneur, fais-moi vivre selon ta parole.

108. Agrée, Seigneur, les offrandes volontaires de ma bouche, et enseigne-moi tes décrets.

109. Mon âme est pour toujours entre tes mains, et je n’ai pas oublié ta loi.

110. Les pécheurs m’ont tendu un piège, et je n’ai pas erré hors de tes commandements.

111. J’ai hérité de tes témoignages pour les siècles, car ils sont l’allégresse de mon cœur.

112. J’ai incliné mon cœur à accomplir tes jugements pour les siècles, à cause de ce que Tu donnes en retour.

113. J’ai haï ceux qui transgressent ta loi, et j’ai aimé ta loi.

114. Tu es mon secours et mon protecteur, en tes paroles j’ai mis toute mon espérance.

115. Éloignez-vous de moi, vous qui faites le mal, et je scruterai les commandements de mon Dieu.

116. Secours-moi selon ta parole, et fais-moi vivre ; ne me confonds pas dans mon attente.

117. Secours-moi, et je serai sauvé, et je méditerai pour toujours tes jugements.

118. Tu tiens pour rien ceux qui s’éloignent de tes jugements, car injuste est leur pensée.

119. J’ai regardé comme transgresseurs tous les pécheurs de la terre, c’est pour-quoi j’ai aimé tes témoignages.

120. Cloue ma chair par ta crainte, car j’ai craint à cause de tes décrets.

121. J’ai accompli tes décrets et ta justice, ne me livre pas à ceux qui me nuisent.

122. Prends ton serviteur sous ta garde pour son bien, afin que les orgueilleux ne me calomnient pas.

123. Mes yeux ont défailli pour ton salut, et pour la parole de ta justice.

124. Agis avec ton serviteur selon ta miséricorde, et enseigne-moi tes jugements.

125. Je suis ton serviteur, instruis-moi et je connaîtrai tes témoignages.

126. Voici le temps d’agir pour le Seigneur ; ils ont rejeté ta loi.

127. C’est pourquoi j’ai aimé tes commandements, plus que l’or et la topaze.

128. C’est pourquoi j’ai été bien dirigé vers tous tes commandements, j’ai haï toute voie injuste.

129. Admirables sont tes témoignages, c’est pourquoi mon âme les a scrutés.

130. La manifestation de tes paroles illumine et instruit les petits enfants.

131. J’ai ouvert la bouche et j’ai attiré l’Esprit, parce que je désirais tes commandements.

Gloire … Et maintenant … Alleluia …

132. Jette les yeux sur moi, et aie pitié de moi, selon ton décret envers ceux qui aiment ton Nom.

133. Dirige mes pas selon ta parole, et qu’aucune iniquité ne domine sur moi.

134. Délivre-moi des calomnies des hommes, et je garderai tes commandements.

135. Fais luire ta Face sur ton serviteur, et enseigne-moi tes jugements.

136. Mes yeux ont versé des torrents de larmes, parce que je n’ai pas gardé ta loi.

137. Tu es juste, Seigneur, et droits sont tes jugements.

138. Tu as prescrit tes témoignages comme justice, et comme vérité assurée.

139. Ton zèle m’a consumé, car mes ennemis ont oublié tes paroles.

140. Ta parole est complètement éprouvée par le feu, et ton serviteur l’a aimée.

141. Je suis jeune et tenu pour rien, mais je n’ai pas oublié tes jugements.

142. Ta justice est justice pour les siècles, et ta loi est vérité.

143. Tribulation et nécessité m’ont saisi, tes commandements sont ma méditation.

144. Tes témoignages sont justice pour les siècles ; instruis-moi, et je vivrai.

145. J’ai crié de tout mon cœur : Exauce-moi, Seigneur ; je rechercherai tes jugements.

146. J’ai crié vers Toi, sauve-moi ; et je garderai tes témoignages.

147. Je me suis hâté de crier ; j’ai mis tout mon espoir en tes paroles.

148. Mes yeux ont devancé l’aurore pour méditer tes paroles.

149. Écoute ma voix, Seigneur, selon ta miséricorde ; fais-moi vivre selon ton décret.

150. Ceux qui me persécutent injustement se sont approchés, mais ils se sont éloignés de ta loi.

151. Tu es proche, Seigneur, et toutes tes voies sont vérité.

152. Dès le commencement, j’ai su de tes témoignages que Tu les as fondés pour les siècles.

153. Vois mon humiliation, et délivre-moi, car je n’ai pas oublié ta loi.

154. Juge ma cause et délivre-moi ; fais-moi vivre selon ta parole.

155. Le salut est loin des pécheurs, parce qu’ils n’ont pas recherché tes jugements.

156. Nombreuses sont tes compassions, Seigneur, fais-moi vivre selon ton décret.

157. Nombreux sont mes persécuteurs et mes oppresseurs ; je n’ai pas dévié de tes témoignages.

158. J’ai vu les insensés, et j’étais consumé parce qu’ils n’ont pas gardé tes paroles.

159. Vois combien j’ai aimé tes commandements ; Seigneur, fais-moi vivre par ta miséricorde.

160. Le principe de tes paroles est vérité ; tous les décrets de ta justice sont pour les siècles.

161. Des princes m’ont persécuté sans raison, et mon cœur n’a redouté que tes paroles.

162. J’exulterai à cause de tes paroles, comme celui qui a trouvé de riches dépouilles.

163. J’ai haï l’injustice et je l’ai eue en horreur, mais j’ai aimé ta loi.

164. Sept fois le jour je T’ai loué, pour les décrets de ta justice.

165. Grande est la paix de ceux qui aiment ta loi ; rien ne les fait trébucher.

166. J’attendais ton salut, Seigneur, et j’ai aimé tes commandements.

167. Mon âme a gardé tes témoignages, elle les a grandement aimés.

168. J’ai gardé tes commandements et tes témoignages, car toutes mes voies sont devant Toi, Seigneur.

169. Que ma prière s’approche de Toi, Seigneur ; instruis-moi selon ta parole.

170. Que ma demande vienne en ta présence, Seigneur ; délivre-moi selon ta parole.

171. De mes lèvres jaillira une hymne quand Tu m’auras enseigné tes jugements.

172. Ma langue publiera tes paroles, car tous tes commandements sont justice.

173. Que ta main soit là pour me sauver, car j’ai choisi tes commandements.

174. J’ai désiré ton salut, Seigneur, et ta loi est ma méditation.

175. Mon âme vivra et Te louera, et tes décrets seront mon secours.

176. J’ai erré comme une brebis perdue ; viens chercher ton serviteur, car je n’ai pas oublié tes commandements.

Gloire … Et maintenant…. Alleluia.